12/02/2010

i carry it in my heart

 

Ben Rigau 'Nature rupestre'

e.e.cummings sans majuscules, c'est un poète américain de la première moitié du vingtième, un type qui ne voulait qu'un phrasé minuscule, progressant clopin-clopant avec les béquilles d'une ponctuation bizarre, parenthèses et points-virgules amusés (mais à part ça était un... un type instruit, malin, profond... ceux qui aiment le cinéma ont entendu un de ses plus étranges textes à la fin du film avec cameron diaz, « in her shoes », l'histoire de deux sœurs insupportables, l'une jolie à damner les anges et capricieuse à fatiguer le diable, et l'autre avocate à lunettes et chignon, et névrosée, toutes deux s'aimant comme des folles... non, non, rien d'incestueux, s'aimant comme des sœurs... mais aussi comme des amoureuses, je sais pas, je sais bien, ce n'est ni hétéro ni homo, c'est un poème d'amour et d'amitié, comme on veut, je  vous le récite, c'est de l'anglais de base,  tant pis pour l'accent, vous l'apprenez par cœur, vous le dites aussi bien à votre mère ou votre père qu'à votre femme ou mari ou votre fils ou fille, pas à quelqu'un que vous draguez, à quelqu'un seulement que vous avez dragué il y a des siècles, ou bien c'était lui (ou elle) qui vous a repéré, on ne sait plus,  depuis si longtemps, quelqu'un qui vous a tellement (fait( qu'il ou qu'elle est toujours en vous et vous en elle ou en lui... quelqu'un comme, disons comme

 dieu

 i carry your heart with me (i carry it in my heart)

 i am never without it (anywhere i go you go, my dear ;

and whatever is done by only me

is your doing, my darling)

 

i fear no fate (for you are my fate, my sweet)

i want no world (for beautiful you are my world,my true)

and it's you are whatever a moon has always meant

and whatever a sun will always sing   is you

 

here is the deepest secret nobody knows

(here is the root of the root and the bud of the bud

and the sky of the sky of a tree called life;

which grows higher than the soul can hope or mind can hide)

and this is the wonder that's keeping the stars apart

 

i carry your heart (i carry it in my heart)

 

j'emporte ton coeur avec moi ( je l'emporte dans mon cœur)

je ne suis jamais sans lui  (partout où  je vais, tu vas, mon/ma cher(e)

et tout acte fait par moi seul, c'est ton acte, mon/ma chéri(e)

 

Je ne crains pas le destin (car tu es mon destin, ma douceur)

Je ne veux pas d'autre monde (car, magnifique, tu es mon monde, mon vrai!)

et c'est toi qui es  ce qu'une lune  a toujours signifié,

et tout ce qu'un soleil  chantera toujours,  c'est toi

 

 voilà  le plus profond secret que personne ne sait

(voila la racine de la racine et le bourgeon du bourgeon ,

et la cime de la cime  d'un arbre nommé vie

qui croît plus haut  que l'âme ne peut l'espérer, ou l'intellect  le cacher

et c'est la merveille qui relie les étoiles distinctes...

j'emporte ton coeur (je l'emporte dans mon coeur)

 

19:00 Écrit par Ephrem dans Litterature | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

C'est tout simplement merveilleux.
Je vais l'apprendre par coeur.

Écrit par : Palagio | 12/02/2010

Saint Valentin Les amours, tout comme les couples, sont en effet multiples. Il n’y a pas qu’une façon d’aimer. Et il ne faut pas spécialement attendre une fête commerciale pour s’envoyer de si beaux mots de tendresse.
Merci pour tes mots à toi, et cette belle présentation :-)

Écrit par : Ben de Liège | 15/02/2010

merci beaucoup j'ai enfin retrouvé le poème que je cherchais depuis longtemps grâce à vous ! en plus dans les 2 langues...

Écrit par : prettyzoely | 03/07/2010

Les commentaires sont fermés.