12/05/2010

Le péché de toute l'Eglise

Rupert2

 

Je voudrais, d'une phrase ou deux, dire ma propre émotion devant l'émotion forte, inhabituelle, apparue ces temps-ci dans l'attitude et les paroles du pape. C'est le désarroi d'un homme humilié dans sa foi, dans son honneur. Il constate que les persécuteurs (c'est le vieux mot des ennemis de l'Eglise) sont des croyants, qu'ils sont parmi ses fils; et assumant là-dessus sa paternité souveraine, qu'il est lui-même responsable. Toute une culture catholique est en cause. Parler comme fait Benoît depuis peu du « péché de l'Eglise », et pas seulement « des fils de l'Eglise » comme Jean-Paul II, c'est neuf. Dire que l'Eglise elle-même a besoin de justice, de subir la justice (et non seulement l'annoncer), une justice qui la mortifie, la purifie, c'est saisissant ; et poignant, car c'est se promettre qu'après qu'aura passé la justice, au moins en mots, le pardon suivra. Ce n'est pas un discours facile, car il faut le concilier avec l'assurance que l'Eglise, malgré ce péché qui la souille et qu'elle cache malignement, est sainte à cause de Jésus-Christ. Parce que Jésus-Christ, tout de même, c'est le Verbe fait chair, et qui a vécu parmi nous.

 49305253

Je suis tendrement et fidèlement solidaire de ce Pape-là.

Ce Général de l'armée en déroute, qui assume. Qui dit : c'est notre faute, c'est ma faute. Qui pleure. Qui aime, plus que nous.

Qui est Pierre.

00:26 Écrit par Ephrem dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

Commentaires

J'ai entendu hier à la radio que le pape a dit que les ennemis de l'Eglise ne viennent pas de l'extérieur comme le clament beaucoup de catholiques mais de l'intérieur avec nos propres péchés.

Écrit par : cyril | 12/05/2010

Je lis toujours vos posts que j'apprécie, fond et forme, et qui tranchent sur tant d'autres. Moi je suis, hélas, devenue agnostique ce qui n'est pas du rejet ou de la révolte mais de la cohérence avec moi-même. Je dis hélas parce que j'ai perdu le bonheur de ma foi catholique dont je garde la nostalgie.
Je conteste bien des positions dogmatiques de l'Eglise, et en particulier du Pape mais je trouve comme vous que ce qui se passe est saisissant et aussi poignant, mais pour moi c'est d'abord parce que j'ai le même âge que Lui et que je peux imaginer, un peu, ce qu'il doit vivre.
Je ne sais pas, plus, si Dieu existe mais je ne peux pas me tromper en me fiant au Christ, qu'Il soit ou non Dieu, pour me faire une idée du sens de notre vie, ce que je cherche depuis toujours, depuis aussi loin que je m'en souvienne, déjà dans ma jeunesse.
Merci de vos propos.

Écrit par : Marie-Claire | 12/05/2010

Peut-être même que "grâce" à toutes ces affaires qui entachent la Sainteté de l'Église et grâce à ses paroles fortes, B. XVI initie maintenant, à Fatima, son vrai ministère de Pasteur. C'est en tout cas ce que j'espère et souhaite fort !

Écrit par : Etienne | 13/05/2010

Amen !
Nos prières portent, il semblerait.

Écrit par : Seb | 16/05/2010

Merci @ Cyril. Nous avons donc eu les mêmes informationsau même moment. Merci d'avoir confirmé.
@ Marie-Claire. Je vous lis régulièrement, chère Madame, et avec admiration pour la vigueur de vos propos, leur netteté aussi. Votre approbation est de celles qui comptent le plus pour moi : nous avons vécu les mêmes événements, nos opinions ont été chahutées par la vie de la même façon, et voilà que nous abordons l'étape ultime en continuant (vous comme moi) à extérioriser ce que nous ressentons, dans un monde qui a beaucoup changé, mais où nous tenons, je le sens, une place peu remplaçable. Que notre foi religieuse diffère un peu importe moins pour moi que le commun désir de "parler".
@ Etienne et Seb. C'est un commencement, en effet. Merci de partager avec moi votre espoir.

Écrit par : Ephrem | 18/05/2010

Les commentaires sont fermés.