25/06/2010

Association de malfaiteurs

     Nous voilà tous, collectivement, engagés « sur la route de Jérusalem  » où l'Eglise belge est  menacée par la Justice d'être qualifiée, c'est le terme technique, d' « association de malfaiteurs. » Comme Jésus s'y résout « avec courage » , dira après-demain l'évangile de Luc (9,51), allons-y.  Sans menacer quiconque nous agresse du feu du ciel, en sachant qu'il n'y a pas d'endroit où nous puissions être à l'abri, en renonçant à la tendresse des nôtres qui, à Rome ou ailleurs, vaqueront à leurs rites habituels parfois mortuaires, sans regarder en arrière vers notre passé qui fut, qui reste, à la fois chrétien et pécheur.

     Nous, qui ? Les  chrétiens qui ont connu ces temps-là où personne, personne ne croyait que ces choses étaient capables de détruire un enfant. Comme on ne savait pas que fumer tue.

     Tout est horrible dans cette perquisition faite hier, dans la journée, au palais archiépiscopal de Malines, à la Cathédrale St Rombaut, à la maison privée de l'ancien archevêque, au siège de la Commission Adriaenssens.  Mais après tout, ce n'est pas choquant, Dieu et César ne se confondent pas. C'est la situation léonardienne qui l'est, quand Adriaenssens a cru avoir deux magistrats comme subordonnés, et chaque fois que l'Eglise se constitue une justice propre - un droit « canon », très peu sensible aux droits de l'homme.

      J'écris ceci à 11h15, sans savoir qui sera le nouvel évêque de Bruges, qui va être annoncé à 12 heures. J'écris ceci pour dire à Godfried Danneels mon respect, mon affection, ma certitude qu'il n'a aucune responsabilité personnelle dans ces crimes et délits. Hormis, mais on n'est pas père sans ça, le fait probable et honorable d'avoir « porté ce qu'il ne pouvait changer ». Voilà qu'il va encore porter, - porter la Croix.

     Qu'est-ce qui m'assure qu'il n'est pas en cause personnellement ? Son lien affectif avec le Christ, dont témoignent moins ses œuvres et son discours que son humilité et sa gentillesse : deux signes certains des cœur s purs.

11:23 Écrit par Ephrem dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

Je communie avec toi, mais que veux-tu dire dans ton 1er paragraphe ?
Au fait, il est 17h15. Connais-tu la bonne nouvelle ?

Écrit par : Pierre | 25/06/2010

Transposition J'ai commencé le billet après lecture d'un titre de presse qui "crucifiait" le cher Godfried Danneels; et j'ai transposé pour lui, en adaptant les choses, tout le passage de St Luc 9, 51-62, qui concerne Jésus dans l'Evangile de dimanche prochain. Je reconnais que c'est codé, pas évident pour autrui. - Quant à Mgr De Kesel, nouvel évêque de Bruges, c'est une très bonne nouvelle, j'y reviendrai. A bientôt, bises.

Écrit par : Ephrem | 25/06/2010

Cher Ephrem j'en ai vu des gentils, des doux et des humbles... et bien pour rien au monde je redeviendrais ou deviendrais ami avec ces gens là...

Bises à vous

Écrit par : Cyril | 26/06/2010

Humbles et gentils J’adore les commentaires – comme le vôtre, Cyril - qui m’amènent à éclaircir mes propos : ce n’est pas que ma pensée soit impressionniste, se satisfaisant de brouillards. Mais l’expression que j’en donne par écrit ne tient pas assez compte de l’opinion commune, de la "doxa", qui est pourtant le terrain même de la communication du weblog. Je parle devant autrui comme je m’adresserais à moi-même. Du coup les malentendus surviennent. Bref, excusez-moi; et laissez-moi recadrer mon propos.

• 1. Je ne parle pas des « doux ». Et je ne parle pas des « humbles » seulement, où les Tartufe et les Thénardier sévissent avec les Javert. Ni des « gentils » qui ne sont que cela : ce n’est alors qu’une habileté acquise ou innée : certains charmeurs sont en réalité de redoutables brigands. Je parle des gens qui [u]unissent à la fois en eux l’humilité et la gentillesse[/u], et je dis que ces gens-là ne violent pas. Ne font pas violence à autrui, sur le plan sexuel ou sur tout autre plan. Ils ne forcent pas. Cela ne cadre pas avec ce qu’ils aiment, ce qu’ils sont.
• 2. Ne peut-il y avoir d’exception ? Peut-être, il y a aussi des mères qui tuent leur enfant, et des pères qui violent en état de somnambulisme, mais bon !
• 3. Cela ne signifie pas que les "humbles et gentils", donc ceux qui n’ont pas besoin de dominer et qui ont pris l’habitude de la bienfaisance, n’aient pas d’autres défauts, et qu’on se réjouisse toujours de leur amitié. Ils peuvent être ennuyeux à périr, et en même temps « collants »… Ben alors on les quitte et point final.
Affectueusement vôtre.
Bon week-end.

Écrit par : Ephrem | 26/06/2010

Les commentaires sont fermés.