01/12/2010

Remplir les églises

imagesCA8T84UX.jpgJe partage avec le pape (et bien d’autres ;-) un désir passionné que « le Bon Dieu » redevienne une référence ordinaire, spontanée, qui aille de soi, dans l'existence des gens, particulièrement celle des Occidentaux qui ont appris à s’en passer. Ils ne savent pas ce qu’ils perdent en se privant de cette Souveraine Bienveillance qui veille sur nous amoureusement, de la naissance à la mort. D’où vient cette stérilité toujours plus grande du grand arbre chrétien, tandis que le Croissant brille avec le même éclat et que le Gange baigne les mêmes foules ? Car il faut le reconnaître : les fruits recueillis au dernier Concile et après lui sont rares, malingres, et peu sapides. Que s’effondrent les vocations, que disparaisse la pratique des sacrements, est-ce à cela que nous nous attendions ? Que le Christ ne soit plus le bienvenu comme image sur nos murs et comme chant dans notre gorge, ô disgrâce ! ô honte ! Nécessité qu’il soit à nouveau vu et entendu…

 

D’abord, qu’il soit aimé. Et pour cela qu’il soit aimable. On a l’air d’énoncer ici un truisme, de demander ce qui est déjà obtenu. Pourtant, dans mon enfance et aujourd’hui dans certains clubs léonardophiles, j’ai beaucoup vu invoquer un dieu paternaliste et vindicatif, mesquin, un justicier à la mémoire impitoyable. Pis : je  vois aujourd’hui Benoit XVI s’y référer en douce comme à son Dieu. Je reprends ses propos déjà signalés.

 

On s'entend mieux dans le silence - Novy Pub.jpgLe pape nous informe de deux décisions qu’il a prises. 1. Il entend respecter rigoureusement le dernier concile, qui fait partie de l’histoire de l’Eglise, et donc de sa tradition.  Pour que les textes de ce concile soient « mieux lus », c.à.d. qu’ils ne servent plus de caution à l’irrationalité et au libertinage modernes, Jean-Paul II déjà avait trouvé nécessaire qu’on en fasse une synthèse. Qu’on élabore à Rome un  seul catéchisme faisant autorité, où les acquis de 1962-65 complèteraient les acquis d’autrefois. Il en avait chargé qui ? Joseph Ratzinger lui-même, bien tombé. En ce qui regarde la discipline, on a aussi rénové le droit canon en 1983. L’Eglise, pense Benoit, a donc bien assimilé Vatican II. 

 

2.  Mais ce concile n’est pas un événement isolé : il doit être replacé - pour être lui-même compris - dans la perspective des vingt premiers, dont la fécondité n’est pas terminée. Ce qui est découvert à Vatican II en 1962-65 n’est pas un supplément, encore moins un substitut, c’est un complément qui doit s’accorder avec ce qui a été dit en 1870 (Vatican I) et à Trente (1545-1563). Voilà ce qu’on avait oublié. On a trop vite balancé les acquis antérieurs, comme si Vatican II les rendait vains ou absurdes. Considérons mieux les anciens rites, les anciennes vérités, les anciennes vertus, dit JR, rendant espoir aux conservateurs jusque là mis de côté.

 

defaite - cf blog Etienne.jpgC’était quoi, ces mœurs catholiques d’hier ? Dans une lettre récente aux séminaristes, Benoît signale expressément que, nouveaux prêtres, ils devront prêter grande attention à ce que l’on nomme la piété populaire. C’est-à-dire ? Le pape ne le dit pas, c’est moi qui détaille, mais experto crede… Ce que j’ai vu, c’est ceci. Chapelets pendant la messe, appels au  miracle, dévotions à St Antoine ou Ste Rita, confessions obligatoires, annonce de la damnation toujours possible si on meurt en état de péché mortel, rappel que la sexualité fût-ce en intention est toujours matière grave, faisant perdre l’état de grâce si "pleine connaissance et entier consentement" sont réunis… Est-ce là le programme qui a jadis rempli les églises ? Non, pensez-vous, il devait y avoir autre chose. En effet : en même temps, invitation à traiter Dieu comme un marchand, comme un  homme riche ou un créancier qu’on peut se concilier par la bande – avec qui on négocie, c’est le mot. Voici un engagement du Ciel, topez là : vous ne mourrez pas « dans l’impénitence finale », si, une fois dans votre vie, vous communiez neuf premiers vendredis du mois de suite (selon le Sacré-Coeur à Ste Marguerite-Marie Alacoque vers 1680). Cinq premiers samedis du mois de suite suffiront, renchérit la Vierge aux enfants de Fatima en 1917. Qu’est-ce à dire ? Que la piété populaire, quand on l’exploite sans l’éclairer, fait de l’amour avec Dieu quelque chose qui ressemble moins au lien conjugal qu’aux liaisons tarifées (pardon).   

 

Table selon Norayr-Khachatryan.jpgEclairés, l’étaient-ils, ces hommes et (surtout) ces femmes assidus à l’Eglise ? Quelle sorte de liberté de choix avaient-ils ? 1860-1960 : époque de guerres, de poumons faibles, d’ignorance surtout. Ah ! l’ignorance ! Je vous donne un seul indice, on ne peut plus scientifique. D’après le recensement établi par l’Institut belge de statistiques sur l’année 1961 (Cfr J. Quoidbach, Faits et chiffres 1976, Belgique, Bruxelles, édition Rossel, 1977) 28 % des Belges sont alors des jeunes en cours de scolarité. Restent 72 % d’adultes : comment se répartissent-ils au niveau de leur instruction? Plus des 2/3, soit 50 % ont une scolarité de niveau primaire seulement (mais c’est déjà ça : l’enseignement primaire en Belgique n’est déclaré obligatoire qu’en 1914). Restent 16 % qui ont une scolarité de niveau moyen inférieur, 4 % qui ont un diplôme d’humanités, et 2 % un diplôme d’enseignement supérieur (1% technique ou artistique, 1% universitaire. La population belge n’est donc pas en mesure de vérifier, de contester, de purifier même ce que messieurs les curés lui transmettent. Elle est primaire. L’enseignement religieux est donc lui-même primaire.

 

au ciel, qui sait, la croix, le règne.jpgPas la peine de revenir à pareil enseignement aujourd’hui : ses fruits seraient nuls en matière de dévotion. L’instruction s’est généralisée, et un vrai savoir, privilégiant l’expérience et la conscience, a été mis en place par le MOC surtout, et par les laïcs – laïcs chrétiens, ou laïcs agnostiques.  Jamais plus une encyclique ne pourra dire aux gens comment il faut aimer, ce qu’il faut faire ou éviter, voire ce qu’est vraiment le « Corpus christi » qu’ils ont reçu sur la langue et qu’ils ont aussi regardé à la télévision. Que mon Eglise, comme elle fit entre 1955 et 1977, se décide à s’éprendre à nouveau des filles et des fils de son siècle, les écouter, leur faire confiance, et puis leur offrir pour rien ce qu’elle a reçu pour rien : la promesse de résurrection, la paix, la miséricorde, l’évangile, l’universalité. Je ne crois pas qu’un Vatican III est indispensable pour si peu de choses… Sont  absolument requis, en revanche, un pape et des évêques qui ne se désolidarisent pas, à la première nouvelle de l’infamie, de leur malheureux frère déchu à Bruges, pécheur au crime plus scandaleux mais non substantiellement différent de leurs fautes à eux, de leur orgueil, de leurs aveuglements, de leurs enfantillages mystérieux et bas. Leurs fautes comme les nôtres, comme les miennes. Pardonnées. Toujours. Dans le Christ, à cause de Lui.

Commentaires

Bonjour ,
je suis en grande partie d'accord avec vous .
À Bruxelles ,pour un pratiquant ,il y a 50 Catholiques ,qui ne pratiquent plus ?
Mais pour le Vicariat de Bruxelles , « toussanestpasbiengraaffe».
Je ne peux ,que louer Monseigneur Léonard,qui essaie de renverser la tendance !
Mais ,y a du boulot,avec un clergé apathique et sclérosé !

Personnellement ,je vais avoir 70 ans à la fin de l'année ?
J'ai connu la période glorieuse de Pie XII et du Cardinal Van Roy ?

Le clergé était dynamique et .....SYMPATHIQUE ?
Mais ,je reconnais appartenir à une génération ,qui n'a pas su digérer
Vatican II ?

Trop ou pas assez .
Le Latin aurait du être conservé ,la ou les fidèles le souhaitait,et
j'ai été déçu de ne pas voir accorder aux prêtres ,qui le souhaitait,le droit de se marier .
Et ne pas accepter les femmes à la prêtrise ?

Et le coup de grâce pour l'autorité du Pape ,alors que l'Europe est secouée par Mai 68 !Interdire d'interdire !

L'Encyclique Humanae Vitae (25 juillet 1968),refusée par la majorité des Catholiques,désormais

« on obéi plus au Pape » ?

Actuellement ,nous avons un Clergé ,le plus souvent ignorant ,refusant de parler ou de répondre surtout aux jeunes ,qui se posent beaucoup de questions ?

Demander des explications à un prêtre ,sur Judas,les noces de Cana ,si Jésus était marié ?etc.......etc..........

Vous voyez des gens embarrassés ,qui peuvent devenir agressifs ?
De plus ,un Curé ,qui dit la Messe ,avec 20 personnes ,dans une Église ,qui peut en contenir 200 ?
Ce Curé ,doit faire preuve d'humilité ?
Il devrait se remettre en ,question ?

Quand aux Catholiques ,ils devraient retrouver le sens de la Fraternité ,de la solidarité ,de l'entraide et du courage ?
Rechercher ce qui nous unit ?Au lieu de se chamailler sur nos différences ?

Être tolérant ,ce n'est pas tout laisser dire ,et être
un Oui-oui ? Mais ce n'est pas être un Non-non ?

Gardons le moral pour 2011 ?
à vos commentaires ?

Salutations .

Jacques Militant .

Écrit par : Jacques militant | 01/12/2010

Merci une fois de plus, cher Ephrem, pour ce billet si justement exposé.
Ces réflexions stimulent les miennes et permettent d'affiner ma pensée.
En amitié,
Ben

Écrit par : Ben | 01/12/2010

@ Jacques Militant
Cher « Jacques », je vous remercie d’être venu, en voisin, faire un tour sur mon blog et de me laisser, de votre passage, quelques mots très gentils. Je dis « en voisin », eu égard au fait qu’ « acathoreflexion », votre site, est un skynetblogs qui a choisi de relever comme le mien de la seule catégorie « religion ». Il y est d’ailleurs au pinacle, je vous en félicite.

Qu’avons-nous en commun, vous et moi ? Au moins quatre choses : 1. nous sommes vieux l’un et l’autre, ce qui a ses avantages (!) ; 2° nous sommes l’un et l’autre attachés au Christ, et même au christianisme, qui a été le « lieu » où nous avons approché Dieu ; 3° nous revendiquons chacun le droit d’avoir sur les événements et les puissants, dont les ecclésiastiques, un jugement nuancé ; donc d’approuver ce qui nous paraît juste et de pointer du doigt ce qui, à l’évidence, fonctionne mal ; 4° parmi les vertus prioritaires, nous mettons en avant la gentillesse, la sympathie, la tolérance… C’est déjà pas mal. Je vous salue pour tout cela fraternellement.

Permettez qu’avec franchise, je dise aussi nos différences. Il y en a une qui est radicale : la gnose est pour moi une « déviation » apparue très tôt, au premier siècle, dans les communautés chrétiennes sous influence grecque, avec une pensée où le salut est un savoir, où le savoir est une puissance réservée aux initiés, et où les vérités sont dites à travers un symbolisme complexe. Même le Nouveau testament a des traces de gnose – chez les derniers auteurs, comme saint Jean. Des traces seulement. Le réalisme paysan qui est le mien n’y trouve pas son compte. Mais je ne vous blâme pas de sentir autrement.

Pour le reste, le renoncement au latin a été une souffrance pour beaucoup de gens, mais il faut se rappeler qu’on avait cru en 1959 que les pères conciliaires, tous latinistes, pourraient se parler en cette langue ; et que la première séance en 1962 a montré que personne ainsi ne comprenait personne.

Je partage aussi votre déception devant la grossièreté de certains prêtres, leur désintérêt complet parfois des fondements de la foi. Nous avons des livres pour les remplacer. Internet aussi. Et parfois les blogs 

Dieu vous garde ! Très cordialement.
Ephrem.

@ Ben, merci de ton intervention... Tu es dans ma prière, frère, et je sais être dans la tienne. Je t'embrasse. E.

Écrit par : Ephrem | 01/12/2010

Bonjour Ephrem,je te remercie pour ta réponse .
Nous pouvons nous tutoyez ,je pense ?

Je reconnais être plus agressif ,que toi ?
Je vois trop de souffrances autour de moi ?
Je vois trop d'indifférences autour de moi ?
Je vois trop de gens abandonnés par l'Église et les Catholiques ?
Je vois trop de gens jugés et condamnés ,sur des
base superficielles autour de moi ?

Je pense ,que notre passé (notre capital génétique ) ,
notre enfance et puis notre vécu ,nous rends complètement
différents .

Et en contradiction avec les propos du Pape Benoit XVI ,pour qui il n'y a ,qu'une vérité .

Ce qui est une vérité ,pour une personne peut l'être beaucoup moins pour une autre .

La seule certitude, c'est que rien n'est certain.
Pline l'Ancien.
Seuls nos doutes augmentent avec l'âge, et non nos certitudes.
Laszlo Szabo.
Extrait de Voyage d'hiver .

Luc 11:9 :
-Ainsi, moi, je vous le dis: Demandez, continuez à demander, et vous recevrez; cherchez, persévérez dans votre recherche, et vous trouverez; frappez, insistez, et la porte vous sera ouverte.

Autre source de conflits avec d'autres Chrétiens ,je refuse le Quiétisme et la facilité de « croire sans chercher à comprendre  » .

Je me déclare « gnostique » ,parce que je veux comprendre le mieux possible ,à ce que je crois et je me réserve le droit de changer d'avis ?

Hé!Oui! C'est une attitude ,qui dérange .

La Gnose ,c'est un état d'esprit ,et non une doctrine particulière ?

Même ;si sous cette appellation ,à partir du 2° Siècle ,certains ont déraillés complètement ?

Mon apôtre préféré ,c'est bien sur : Thomas !

Et examine l'attitude de Jésus-Christ ,et tu apprendra ,ce que c'est être gnostique ,nom moderne être assertif !

Luc :

8:17 Oui, tout ce qui est caché, on pourra le voir. Tout ce qui est secret, on pourra le connaître, et cela paraîtra en pleine lumière.
10 : 52 Malheur à vous, enseignants de la Loi, vous vous êtes emparés de la clé de la connaissance.
Non seulement vous n’entrez pas vous-mêmes, mais vous empêchez d’entrer ceux qui voudraient le faire!

J'insiste ,que je n'ai jamais dit : que le Clergé était vulgaire !

Par contre borné par manque d'instruction, et souvent agressif,parce que trop surmené !

Il est permis de rêver !

J'ai un rêve !
Un partage d'Évangiles ?
Ou tout le monde amène « sa » Bible !

Et chacun ,donne son point de vue ,sur un passage de la parole de Jésus ;d'après ,ses opinions et de « sa » Bible .

Une Église de coopération et de participation ?

Au lieu ,d'une personne ,têtue et obstinée,
qui cherche à imposer « son » point de vue ........Oui ! C'est tout le fonctionnement de L'Église ,que je remets en cause ......!

J'espère ,que je ne t'ai pas trop effrayé !

Je vais continuer .....

Comment peut-on apprendre à se connaître soi-même ? Par la méditation
(la prière),
jamais, mais bien par l'action.
Gandhi
Extrait de Sentences en prose .

Si un homme atteint le cœur de sa propre religion, il atteint également le cœur des autres religions.
La règle d'or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu'une partie de la vérité et sous des angles différents.
Gandhi .
Extrait de Tous les hommes sont frères.

J'insiste ,que je n'affirme pas ,que ceci est la vérité ,mais ma vérité du moment .
Par contre ,je prétends ,plutôt que de perdre toute estime de soi ,en flattant et louant sans cesse ,et de manière excessive ,
les Protestantismes et l'Islam .

Il y a d'autres sources ,qui méritent d'être explorées ?

Jean :

14 : 2

Dans la maison de mon Père, il y a de nombreuses demeures; sinon, je vous l’aurais dit; je vais vous préparer une place.


À te lire .
Jacques militant.

Écrit par : Jcques militant | 02/12/2010

Si ce ne te dérange pas ,j'aimerais que tu m'envoie un mail ?
J'aimerais de te faire part d'un problème ,que je n'ai pas envie ,qu'il soit publié .
Amicalement.
Jacques militant .

Écrit par : Jcques militant | 02/12/2010

Cher Jacques, je t'envoie un mail immédiatement comme tu le souhaites, pour que tu puisses expliquer si tu y tiens le dernier sujet qui te préoccupe. Sur ce sujet, je ne publierai rien te concernant, je m'y engage sur l'honneur.

Quant aux nombreux autres thèmes de réflexion déjà argumentés que tu exposes après ma réponse déjà longue, laisse-moi du temps et un peu de repos. Début décembre, je suis toujours très occupé.

Un mot, tout de même. Pourquoi emploies-tu pour te définir le mot gnostique, qui a, selon l'usage et les dictionnaires, un sens lié à l'histoire des religions, et qui éloigne ? Pourquoi ne pas dire "critique", plutôt, voire chrétien critique, ou, si c'est trop dire, libre-exaministe de tendance chrétienne ? La gnose, ce n'est pas seulement vouloir comprendre, rationaliser, proposer un point de vue personnel, toutes choses souhaitables en effet. La gnose est sectaire. De 'secare', couper : les bons ici, les mauvais là.
A bientôt.

Écrit par : Ephrem | 02/12/2010

Merci Florent,
de me répondre !

Attention à l'indigestion!

Je vous écris à votre adresse Émail,
pour vous exposer un problème,avec
lequel,je suis confronté !
Je répondrai à votre réponse bien sur !
Salutations amicales .
Jacques militant .

Écrit par : Jacques militant | 03/12/2010

Personnellement, je crois que les gens sont masochistes: ils aiment avoir peur. Lorsque le message de délivrance arrive, ça ne les intéresse plus. C'est pour ça que nos églises sont vides.

C'est le contraire du premier siècle, où les gens attendaient un message de délivrance.

Regardez les religions et les courants qui menacent: ce sont les plus fréquentés.

Écrit par : Georges | 07/12/2010

Les commentaires sont fermés.