08/12/2010

Marie exceptée

  mille cieux.jpgLe genre humain  dont on exalte toujours la dignité quand on lui interdit le plaisir des chats et des lionnes, c’est pas grand-chose.  Un péché d’origine frappe les gens à leur conception comme une tare, sans que chacun y puisse rien. Heureusement, Dieu peut tout. Par exemple faire un monde aux galaxies inutilement innombrables, et gaspiller trois millions de spermatozoïdes par mililitre du sperme qui créera un être humain. Qu’il ait plu à ce cher Tout-Puissant de faire une seule exception en l’honneur d’une mortelle, comparativement, c’est pas énorme, mais soit, très bien, merci, c’est bien de l’honneur. Je m’en réjouis pour Marie, et je la félicite comme je féliciterais un voisin qui a gagné le gros lot.

 

 

Ingres, Sainte Marie mère de Dieu.jpgPourtant, si attaché que je sois à sa présence discrète, sa féminité, sa maternité, j’ai du mal à voir dans cette immaculée conception de quoi partager le délire de St Alphonse de Liguori, par exemple, dont je vous offre le début d’un prône, emprunté au site du Salon beige (mes mauvaises fréquentations, je sais).

 

Alphonse de Liguori.jpgTitre : Combien il convenait aux trois Personnes divines de préserver Marie du péché originel. Début du texte :  "La ruine que le maudit péché causa à Adam et à tout le genre humain fut immense, car, en perdant alors la grâce d’une manière si malheureuse, il perdit en même temps tous les autres biens dont il avait été enrichi dans le principe, et il attira sur lui et sur tous ses descendants, avec la haine de Dieu, le comble de tous les maux. Cependant, Dieu voulut exempter de cette commune disgrâce la Vierge bénie qu’il avait destinée à être la mère du second Adam, Jésus-Christ, qui devait réparer le mal causé par le premier. Voyons combien il convenait à Dieu et aux trois personnes divines de l’en préserver, le Père la considérant comme sa Fille, le Fils comme sa Mère, le Saint-Esprit comme son Épouse." 

 

Meryemana, maison de Marie.jpgSi malade que soit notre Eglise aujourd’hui, je sais gré au Ciel de l’avoir débarrassée de pareilles idéalisations.  Ce n’est pas ce qu’elle fut au berceau qui pour nous définit Marie, c’est, de l’annonciation à la pentecôte, ce qu’elle fit, et devint. Pour Dieu, puis pour Jésus, puis pour Jean. – J’ajouterai comme fait Paul (1 Co 15, 8), en bon  avorton: pour moi aussi sur les hauteurs d'Ephèse, au mont Bülbül, dans cette maison où elle est morte. Provisoirement. Salve Regina.

 

Commentaires

C’est bien de l’Immaculée conception (fêtée par l’Eglise ce 8 décembre) dont vous nous parlez aujourd’hui… Dans une première lecture, je me suis égaré à confondre ce concept (pardon ce dogme !) et/ou l’associer à la virginité de notre brave Marie.
Vous usez toutefois d’un ton un peu ironique, alors que l’ensemble de votre blog prouve votre profond attachement à l’Eglise. Est-ce parce que vous n’y croyez pas trop ? Ou parce que, au fond, c’est d’un intérêt quasi nul, que votre foi ne repose absolument pas là-dessus?

Écrit par : David | 08/12/2010

En vous lisant, cher David, j'achoppe sur "notre brave Marie", et je mesure tout à coup l'indécence que j'ai eue moi-même à écrire "ce cher Tout-Puissant". Qu'Il -et qu'Elle- nous pardonne, nous ne savons pas toujours ce que nous écrivons. Etre de la famille de Dieu, comme cela nous a été donné en Jésus-Christ, ce n'est pas prendre un petit air supérieur comme un adolescent mal dans sa peau. Je vous ai donné le mauvais exemple.

C'est vrai pourtant que je ne suis pas trop bien dans ma peau quand notre Eglise se lance (et se perd) dans des considérations invérifiables et parfois (comme ici) mirobolantes. Sur des thèmes sans grand intérêt... Ben oui. Marie est sainte, c'est sûr. Trois fois sainte ou une fois ; sainte avant de naitre ou plus tard, que nous importe ? Sainte, cela suffit et c'est magnifique, avec Mère de Dieu.

J'ajoute encore un point. La foi est comme le corps, où tout n'a pas même importance. Le cerveau, le coeur, le foie importent plus que mes dents, et mes doigts plus que mes orteils. Le christianisme est aussi un système dont la résurrection est le centre, avec la crucifixion du vendredi, l'eucharistie du jeudi (ou la communion des saints), l'incarnation de Noël. Je meurs si on touche à cela. Le reste, mon Dieu, on verra bien, quand Tu m'expliqueras "sur le seuil de Ta maison."

Merci, David, fils de Dieu.

Écrit par : Ephrem | 09/12/2010

Dieu veut exempté tout être de péché. Si Dieu avait pu le faire il aurait exempté non seulement Marie, mais tout le monde, du péché originel?

Mais qu'est-ce, ce péché originel? Si on embrasse la conception augustinienne du péché, m'a-t-on dit, on aboutit inévitablement à l'immaculée conception de Marie. Ceux qui ont une autre conception du péché originel ne tombent pas dans cette conclusion.

Et pourtant, tout en étant augustinien(s), plusieurs ont eu plusieurs attitudes. Certains disent que Marie a été exemptée du péché originel; d'autres disent que ce péché lui a été pardonné au moment de l'Annonciation et elle n'a pas eu de péchés personnels; d'autres encore ne voient aucun inconvénient à ce que Marie ait mis Dieu au monde, tout en ayant des péchés, originel et personnels.

Ceux qui affirment la seconde thèse tombent dans le même piége que les premiers: si Dieu avait pu pardonner à Marie le péché originel à l'âge de, disons, 16 ans, il l'aurait pu faire pour tout le monde. Donc on aurait pu être sauvé sans le Christ. Et dans les deux thèses: où est encore le libre-arbitre de Marie?

La troisième thèse, celle de Marie pécheresse, est incohérente avec l'histoire du salut. Dieu exige la virginité de Marie, Dieu exige une crèche et une étable d'appoint, donc c'est clair qu'il exige la toute-pureté de Marie.

Devant l'impasse, je vois Dieu en dehors du temps. Grâce au mystère pascal qui a eu lieu, disons, en l'en 0 de l'histoire, Dieu a pu pardonné des péché en l'en -100, -1000 etc. Donc Dieu a pu remédier le péché originel chez Marie au moment de sa conception. Pareil pour le libre-arbitre: Dieu a vu qu'il y a eu une fille qui n'a jamais commis de péché personnel, et du coup, Dieu a pu remonter l'histoire dans le sens contraire, pour décider que c'est par elle qu'il viendrait au monde. Bref, il ne faut pas inscrire la transcendance de Dieu dans notre immanence.

Cependant ces raisonnements devraient être d'ordre purement spéculatif, non dogmatique. Matante Marie ne comprenait peut-être pas ces choses-là, et le risque de mariolatrie était grand pour elle.

Pire encore, il n'est pas catholique-orthodoxe du tout que d'instituer des fêtes en l'honneur d'un dogme. Les fêtes célèbrent des événements. Les sacrements sont aussi des événements. Nous fêtons la naissance du Christ, sa conception, sa mort, sa résurrection, le martyre de tel saint, la dédicace de telle église, la nativité de tel autre saint (plus rarement), et même la conception de saint Jean Baptiste. La conception de la BV est une fête en l'honneur de l'événement. Or avec le nouveau dogme, la fête elle-même est, dans l'Église romaine, la fête d'un dogme très dangereux.

Pire encore, la fête de l'Annonciation, donc la conception du Christ, est devenue un rien du tout, alors que la conception de Marie est un solennité, fériée dans beaucoup de pays catholiques. Et ça, c'est de la mariolatrie.

Écrit par : Georges | 09/12/2010

Je suis heureux de lire sur ce sujet un étudiant en théologie, comme vous, Georges. J'ignorais ces options que vous présentez en en montrant les difficultés. A vrai dire, ce qui, à moi, fait problème, ce n'est pas la grâce faite à Marie, c'est la condamnation faite à chacun des hommes pour une faute qui n'est pas personnelle. Manque, faiblesse congénitale, soit. Tare aussi. Mais péché ! Ce mot ne désigne pas une imperfection, mais une agression, une rébellion assumée.

Je sais qu'Augustin l'ex-manichéen est à la base de ça, mais je ne comprends pas pourquoi notre Eglise l'accepte comme une bonne trouvaille théologique.

Cordialement.

Écrit par : Ephrem | 09/12/2010

Chaque fois ,que vous passez devant une Église ,pas moins de 15 siècles de présences et de bienfaits Catholiques ,vous contemplent .
Refusez ,que la moralité devienne Amorale !

Jacques militant.

Écrit par : jacquesmilitant | 09/12/2010

Les commentaires sont fermés.