30/06/2011

Aventures de l'âme

DCLIN simple.jpg

Beaucoup de blogueurs chôment ou raréfient leur activité créatrice, en cet été d’anomalie — politique, écologique, ecclésiologique — où le temps chaud complique ses charmes alanguis par la violence  d’intermèdes diluviens. Et moi ? Comme tout le monde : je n’ai pas grande énergie pour vous entretenir de l’actualité, ni même, comme j’en ai l’habitude, vous raconter les aventures de mon âme, ces plaisirs spirituels que l’âge, loin d’empêcher, favorise. Pas beaucoup d’énergie, pas grande envie non plus. Lorsque les lecteurs sont en vacances, les rédacteurs n’ont plus d’inspiration. - Il arrive qu’on parle seul, qu’on chante, qu’on pleure seul. Mais écrire ? On écrit à quelqu’un.

DCLIN_~1.JPG

 

Qu’ajouter ? Un mot. Un simple substantif que je vous offre comme un parfum, un sourire, une allusion. Pour  vous, en ce moment . Je viens de le lire, banal et bouleversant, dans « Ce grand soleil qui ne meurt pas », de Bernard Sichère. Ce qui accompagne celui qui cherche l’absolu, dit-il, c’est « cette chose étrange et profonde, ignorée depuis toujours de ceux qui ont le pouvoir, et qui s’appelle la fraternité. »

 

 

 

23:20 Écrit par Ephrem dans Actualité, Général, Plaisirs, Web | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

Tiens, à propos de fraternité… Pas plus tard que ce mardi, lors de la remise des diplômes, un de mes élèves a dit cet extrait de « La Marseillaise de la Paix », de Lamartime.
(...) Et pourquoi nous haïr, et mettre entre les races / Ces bornes ou ces eaux qu’abhorre l’œil de Dieu? / De frontières au ciel voyons-nous quelques traces? / Sa voûte a-t-elle un mur, une borne, un milieu? / Nations, mot pompeux pour dire barbarie, / L’amour s’arrête-t-il où s’arrêtent vos pas? / Déchirez ces drapeaux; une autre voix vous crie :/ « L’égoïsme et la haine ont seuls une patrie ; / La fraternité n’en a pas .»(...)
Bisous au passage

Écrit par : Pierre | 02/07/2011

Merci pour ce blog plein d'espérance. Jean-Léon

Écrit par : Jean-Léon | 03/07/2011

Je ne sais pas qui vous êtes, Jean-Léon, mais votre petite phrase me met de vaillante humeur quand je la découvre ce matin. Votre gentillesse, c'est l'encouragement caché de Dieu qui soudain s'exprime. Merci à vous.

Heureux aussi, Pierre, d'apprendre que vous lisez encore du Lamartine (et du Hugo, j'imagine) à vos jeunes élèves. La fraternité était un grand mot jadis. Frères, avec un même Père...

Écrit par : Ephrem | 04/07/2011

Bon anniversaire, mon bel Oncle. Encore merci pour ton "enseignement", tes articles éclairés. Je t’embrasse.

Ps : Dis, tu veux quoi comme kdo ? ;-)))

Écrit par : Ben de Liège | 26/07/2011

Les commentaires sont fermés.