22/10/2012

Derniers mots fraternels

image Le silence.jpg

Voilà des mois que je laisse ce blog immobile, la bouche ouverte, sans le nourrir. Attendant quoi ? Je lui rends visite encore, pas tous les jours, mais régulièrement. Je n’oublie pas, je rêv e. Au début j’étais dans la colère pour l’animal en moi qui abandonnait le travail, devenu trop dur, réclamant pour être poursuivi le dynamisme d’un esprit vif, rapide, combatif. Illusoire aujourd’hui. Mais oui, les mots m’ont quitté comme autant de plaisirs défunts. Cela s’est fait en trois mois, au début de l’année, et un peu avant. Où sont ces mots que j’aimais dans leur puissance de révélation, leur habileté à vêtir, à traduire, à créer le réel ? Amants et maîtresses oubliés… Dont les sons, dont les lettres m’apparaissent devenus des mystères.. Sans eux je ne maîtrise plus ma propre pensée. Ce que j’exprime est sans cohérence,  je m’effare de l’impropriété, je dois fermer la porte sur moi -même.

Tout de même… D’ici Noël…mauroy mais oui.jpg

D’ici Noel je rédigerai encore une dizaine de billets, déposés ici comme les cailloux du petit Poucet. Mémoires de ce que j’ai vécu, événements dont je vous ai  déjà parlé. Voire d’autres, que j’ai tus, comptant les emporter sans rien dire dans la nuit et dont le souvenir m’indique l’importance cachée dans ma vie. Ma vie qui meurt, ce fut quelle vie ? Vie d’orphelin, de chrétien, de romantique, de lettré, de professeur, de musicien, de marginal, d’ami des femmes, d’amant des garçons, d’amoureux de Dieu.

 

Drôle de mec qui  - plus encore que Mauroy ? - se demande  pourquoi il est heureux au moment de partir. Est-ce de savoir où il va, où il ne peut pas ne pas aller, y étant appelé par l’Esprit ?     

 

18:37 Écrit par Ephrem | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

Cher Ephrem,
Quel bonheur, de vous retrouver et de vous lire. Je me réjouis en apprenant que nous allons pouvoir cheminer avec vous vers Noël!
Si vous êtes plus laborieux pour organiser vos pensées et nous les transcrire, soyez rassuré: il n'en paraît rien pour le lecteur: vous conservez cette habileté du langage qui donne du poids à ce que vous partagez. Sans chercher à vous flatter, je conclus en disant que votre écriture reste l'oeuvre d'un grand artiste. Merci d'encore nous partager vos expériences et votre talent. Je vous embrasse
Crocki

Écrit par : Crocki | 23/10/2012

Bonjour de Chiny, où mes colllègues et moi accompagnons 94 élèves.
Surpris et ravi de te lire; et bien évidemment je pense comme Marie:)
Je t'embrasse très fort

Écrit par : Pierre | 24/10/2012

Voici un moment que je ne visitais plus la blogosphère. En vue d'un changement d'ordi, je fais du ménage dans mes signets. Mais à coup sûr, le blog d'Ephrem demeurera sur le nouvel ordi.
C'est toujours un plaisir de te lire cher Ephrem.
En communion de coeur, je te souhaite de belles fêtes de Noël ...

Écrit par : Etienne | 14/12/2012

Les commentaires sont fermés.